Top

Histoire du Brésil

Introduction

Connaissez-vous l’histoire du Brésil sur le bout des doigts?

Le Brésil, plus grand pays d’Amérique du Sud, a une histoire extrêmement riche. Elle est avant tout marquée par la colonisation portugaise. Ce pays est en effet des plus attractifs, pour ses ressources naturelles entre autres. Le siècle précédent marqua un véritable essor économique pour le pays, limité par ailleurs par l’accroissement des inégalités sociales. Les jeux olympiques de 2016 concrétiseront l’émergence du Brésil sur la scène mondiale.

Grandes époques

 La période coloniale 

Le Brésil aurait pu être colonisé par l’Espagne: c’est en effet l’explorateur espagnol Pinz qui met le premier pied sur le site actuel de Recife. En revanche, les portugais profitent du traité de Tordesillas de 1494 qui partage l’Amérique du Sud entre les empires espagnol et portugais par une ligne imaginaire, pour se voir attribuer le nouveau territoire. L’année 1500 marque la date officielle de la d馗ouverte du Brésil par le Portugais Pedro Alvares Cabral.

 L’époque coloniale (1500-1822) 

Les Portugais colonisent le Brésil progressivement. On attribue comme d’accoutumée des terres agricoles, les Latinfundas, aux militaires participant à la Reconquista. En 1807, Napoléon envahit la péninsule ibérique, contraignant la monarchie portugaise à s’installer au Brésil. En 1822, Dom Pedro, fils du roi du Portugal, proclame l’indépendance du pays et devient empereur du Brésil sous le nom de Pedro 1er.

Indépendance et Empire(1822-1889)

En 1824 est instituée la première Constitution brésilienne. Le Brésil se situe dans une période de forte instabilité politique et sociale jusqu’en 1840, avec le règne cinquantenaire de Dom Pedro II. Le pays passe vers le sud sur le plan économique. La traite des noirs prend fin en 1850 sous la pression anglaise, s’en suit l’abolition de l’esclavage en 1888. La guerre avec le Paraguay donne des ambitions aux militaires qui renversent Dom Pedro II en 1889 lors de la crise du café

Vieille République (1889 -1930)

Après la révolution de 1888, provoquée par l’hostilité des grands propriétaires à la décision de l’empereur Pierre II d’abolir l’esclavage, le Brésil devient un État fédéral. Pourtant puissant grâce à la culture du café qui s’est réanimée, le Brésil est affaibli par la crise économique des années 30.

Vargas et développement  (1930-1964)

L’élection de Vargas entraîne de nombreuses réformes (droit de vote des femmes, sécurité sociale) mais également l’institution d’un régime proche du fascisme italien, l’Estado Novo. Pendant la seconde guerre mondiale, en 1943, le Brésil se range toutefois du côté des alliés et développe son industrie (caoutchouc, matériel de guerre).

Le pays connaît par la suite une forte instabilité politique, causée par de nombreux coups d’état.

Régime militaire (1964-1985)

En 1964, les projets de réforme agraire du président Goulart sont mal accueillies et l’armée le renverse. Le régime militaire durera jusqu’en 1985. L’armée laisse alors la démocratie gérer la crise économique.

Phase démocratique (1985-2002)

José Sarney est élu à la suite de Trancedo Nevès. Il instaure l’élection au suffrage universel mais sa lutte contre l’inflation est un échec. Collor, propriétaire de la principale chaîne de télévision brésilienne, confisque les dépôts des Brésiliens. Il est destitué en 1994 pour corruption. En 2002, après avoir subi des crises monétaire et énergétique, une tempête financière faisant maintenant rage, les élections présidentielles placent le candidat de gauche Lula da Silva à la tête du pays.

Le Brésil aujourd’hui (2002-2012)

Après avoir remporté l’élection qui l’affrontait à José Serra, Lula, dès le 1er janvier 2003, doit mener une plus grande bataille: améliorer le PIB par habitant (8,2% de la population vit avec moins de un dollar par jour) et combler la dette extérieure. Lula s’emploie ainsi à restaurer les finances brésiliennes tout en encourageant l’économie par des impulsions sociales (salaire minimum augmenté etc).

De mars à décembre 2005, la France et le Brésil consolident leurs liens en instituant l’année du Brésil en France, de nombreuses manifestations sont organisées dans les deux pays.

En 2005, un des plus gros scandales financiers contraint José Dirceu, ministre, bras droit et ami de Lula, à démissionner, accompagné de plusieurs dirigeants du Parti des Travailleurs. Lula, quant à lui, est réélu en octobre 2006.

En 2007, il est décidé que la Coupe du monde de football de 2014 se déroulerait au Brésil. L’année de la France au Brésil a lieu en 2009. Les deux pays renouvellent trois ans plus tard leurs liens culturels, politiques et économiques.

Rio de Janeiro est désignée comme ville d’accueil des jeux Olympiques de 2016. C’est la première fois que la plus grande compétition sportive mondiale se déroulera en Amérique du Sud.

En Octobre 2010, les élections opposent la candidate et ministre de Lula, Dilma Roussef, à José Serra. Elle devient la première femme présidente brésilienne le 1er janvier 2011.