Top
blog-carte-rio-grande-do-sul

État de Rio Grande do Sul

En bref

Cet État, le plus méridional du Brésil, borde deux pays que sont l’Argentine et l’Uruguay. Le Rio grande do Sul a su développer une culture qui lui est propre, mélange de portugais, d’espagnol, d’italiens, d’allemand, de noirs et d’indiens. La culture « gaucho » est le signe spécifique de cet État, où les gardiens de troupeaux parcourent sans cesse les steppes dans leurs tenues vestimentaires intemporelles, sirotant de temps à autre du maté chaud et amer préparé dans leur chimarrão. Plus que tout autre état du Brésil, le Rio Grande do Sul a essuyé les ravages de la guerre. Aux XVIII et XIXème siècles, armées, révolutionnaires, aventuriers et Indiens s’y sont affrontés sans relâche, imprimant au pays une marque sanglante. Les gauchos de l’époque moderne ont su évoluer vers une conquête économique. Ses principales activités sont l’industrie, l’agriculture, l’élevage et les services. Le Rio Grande Do Sul est le premier producteur brésilien d’articles en cuir et de vins.

Le rituel du Chimarrão :

Le chimarrão est l’une des manifestations culturelles les plus traditionnelles et singulière du sud du Brésil. La préparation et la consommation sont le rituel : l’infusion se faite avec des feuilles broyées et de brindilles d’herbe de « maté », placée dans une gourde et sirotée grâce à une pompe, une sorte de paille qui est normalement en argent. Une boisson typiquement  indigène. Le chimarrão est l’habitude la plus populaire parmi les gaúchos. L’offrir au visiteur est, pour le gaucho, un geste d’hospitalité.

Histoire

Témoins d’affrontements sanglants entre Espagnols et Portugais, pendant très longtemps les Gauchos sont des hommes et des femmes au caractère bien trempé. Soucieux de leur  indépendance, ils luttèrent contre l’Empire comme le montre le conflit de Farroupilha  qui débuta en 1835.  La centralisation excessive imposée par le gouvernement de l’Empire et du sentiment que la région était économiquement exploitée par le reste du Brésil étaient les principales raison de cette guerre civile qui dura dix ans. Les insurgés signèrent le traité de paix après avoir obtenu l’amnistie.

Superficie

La superficie de l’État  du Rio Grande do Sul est de 268 781 km2.

Population

L’État de Rio Grande do Sul compte 10.693.929 habitants et enregistre 496 municipalités.

Climat et saisons

Climat subtropical humide : les étés sont chauds et humides, les hivers frais voire froid avec présence de neige sur les sommets de la Serra Gaúcha.

Rio grande do Sul

Cet état, le plus méridional du Brésil, est aussi le plus différent. Bordant l’Uruguay et l’Argentine, le Rio Grande do Sul a développer  une culture qui lui est propre, mélange de portugais, d’espagnol, d’italien et d’allemand. La culture gaucho est le signe distinctif de cet État, où les cow-boys basanés parcourent sans cesse les pampas avec leurs chapeaux plats, leur pantalons bouffants ( bombachas), leurs foulards rouges, leurs panchos pour se protéger du vent et leurs bottes de cuir., s’abreuvant de temps à autre à leur gourde ( chimarrão) remplie de maté chaud  et amer, symbole du pays gaucho. Ici, le machisme est de mise et un homme se doit d’être viril, mentalité acquise lors d’un passé souvent violent. Plus que tout autre État du Brésil, le Rio Grande do Sul a souffert des ravages de la guerre. Aux XVIII et XIXème siècles, armées, révolutionnaires, aventuriers et Indiens s’y sont affrontés sans relâche, imprimant au pays une marque sanglante, aujourd’hui transformée en légende.

Indépendants et fiers, les gauchos de l’époque moderne ont canalisés leur furie guerrière vers des conquêtes nettement plus raffinées. Le rio Grande Do Sul est le premier producteur brésilien d’articles en cuir, ainsi que de vin. De plus, les grands troupeaux de bovins et de moutons qui paissent sur les anciens champs de bataille, fournissent de la laine et de a viande au reste du pays.

Les paysages du Rio Grande sont aussi âpres que ses habitants. Les plages du littoral, long de 200 km, sont bordées par des escarpements rocheux et des falaises. Les plus belles se trouvent près de la station balnéaire de Torres. Si l’eau y est plus froide, le soleil est aussi chaud et les maillots sont aussi provocants qu’à Rio de Janeiro. Les villes de Tramandaí et Capão da Canoa possèdent aussi de très belles plages. Plus au Sud se trouve la Lagoa dos Patos, la plus grande lagune d’eau douce de l’Amérique Latine, dont les rives,  de Tapes à Laranjal, sont bordées de sable fin.

A quelques kilomètres à, l’intérieur des terres se trouve la Serra Gaúcha   , une chaîne de montagnes qui attirent de nombreux touristes. Pinèdes, vallées verdoyantes, cascades solitaires, rivières scintillantes et canyons raviront le visiteur lors de ses excursions. Ce même paysage a attiré des milliers d’immigrants allemands et italiens au XIXème siècle. Les vallées abritent toujours leurs caractéristiques maisons de bois et de pierre.

Porto Alegre

Porto Alegre se situe sur la bordure du  Lac Guaíba et dispose de plusieurs parc urbains et d’une vie culturelle effervescente, avec des théatres, des espaces artistiques, des bars et des boites de nuit. Cosmopollite, diversifiée et arborisée, la ville possède d’excellents installations pour le tourisme de loisir, d’affaires et d’ événements. Parmi les principaux attraits on trouve des bâtiments historiques, le parc FARROUPILHA (Redenção), le marché public, Le Largo Glênio Peres, les quais du Port, Le musée d’Art du Rio Grande do sul, le Paço dos Açorianos, l’ hotel de ville, le conseil municipal et le jardin botanique.

Destinations à proximité :

Gramado : on y trouve une belle architecture, des restaurants spécialisés en fondue et des dizaines de magasins de chocolats, qui en font l’une des destinations les plus prisées des touristes brésiliens

Canela : ici, la rivière Paranhana permet des promenades dans la nature et des sports d’aventure au Parc de Caracol, l’un de ses plus beaux paysages, avec 131 mètres de cascades.

Porto Alegre se situe sur la bordure du  Lac Guaíba et dispose de plusieurs parc urbains et d’une vie culturelle effervescente, avec des théatres, des espaces artistiques, des bars et des boites de nuit. Cosmopolite, diversifiée et arborisée, la ville possède d’excellents installations pour le tourisme de loisir, d’affaires et d’événements.

A porto Alegre, les signes extérieurs de colonisation sont représentés par exemple par le palais « des Açoriens ». Construit à  la fin du 19ème siècle, il est de style néo-classique. Au centre ville, se trouve une fontaine « la Talavera de la Reina », offerte par les espagnols en 1935,  à l’occasion du « centenaire de la Révolution Farroupilha ». Le Marché public central est aussi un édifice de type néo-classique datant de 1869.

A visiter aussi : le chalet de la place XV, abrite depuis plus de cent ans un « bar-brasserie-restaurant ». A noter que  lustres et  carrelages d’origine ont été conservés.

La place « Glênio Peres » est le théâtre des démonstrations culturelles et politiques. L’immeuble des courriers et télégraphes  transpire l’influence germanique de l’époque coloniale. Allez voir « Atlas » situé au centre de l’immeuble. C’est un personnage de la mythologie grecque condamné à supporter le ciel sur ses épaules. Une figure féminine représentant le vieux continent et  la figure d’un adolescent représentant le nouveau continent intègrent l’ensemble. Depuis 1981, ce monument est préservé comme Patrimoine National.

Le Musée d’Art du Rio Grande do Sul (MARGS) a été conçu par l’Allemand Theo Wiederspahn. Construit à l’origine pour couvrir la « Direction des impôts du Trésor National », il abrite désormais la plus importante collection d’œuvres de l’État. Pas très loin, vous trouverez la « Catedral Metropolitana » édifice du début du XXème siècle.

Verde Urbano – un million d’arbres sont plantés sur les trottoirs de Porto Alegre. Ce qui correspond à 16m2 d’espace vert par habitant. La capitale « gaúcha » possède 407 places, 9 parcs, 1 réserve biologique, collines, îles et Lac Guaíba.

L’archipel  est composé de 28 îles dont certaines sont  inhabitées. Le parc d’État « Delta do Jacuí » regroupant plusieurs îles, a été crée  pour la préservation de la biodiversité. Quelques îles sont reliées au continent par le fameux pont «  »do Guaíba »". La grande île « dos Marinheiros » et celles de  «Pavão »,  «  Flores » et « Pintada » abritent une population d’environ 15.000 personnes. Les habitants vivent essentiellement de pêche et d’artisanat.

Les Morros (collines) font parties intégrantes de l’univers environnemental de Porto Alegre.

La colline « Santana »

Du plus haut point de la ville (311 mètres) est une zone de forêts, cascades, lacs et ruisseaux.

La colline « do Osso »

Elle se situe entre les quartiers de Tristeza, Camaquã et Ipanema. Elle offre une vue large sur le  » Lago Guaíba », la Plage d’Ipanema et  le Centre de Porto Alegre.

La colline de « São Pedro »

Elle se localise entre les quartiers Restinga et Lami. Une vue sur la plage du même nom et sur le phare d’Itapuã est possible.

Colline « Santa Teresa »

Elle permet une vision panoramique du lac Guaíba le long des parcs « Marinha do Brasil » et « Maurício Sirotsky Sobrinho » (Harmonia). Au sommet du belvédère Ruy Ramos, il est possible d’apercevoir une partie des îles de l’archipel, et le Centre de Porto Alegre.

Le Jardin Botanique

Il dispose de 43 hectares de terrain et est riche d’espèces végétales à l’image de cet immenses pays tropical.

Le Parc « Farroupilha » ou « Redenção »

C’est une idée de promenade au milieu de 45 monuments en cuivre et marbre. Le Monument « l’expéditionnaire » (Monumento ao Expedicionário) est un double arc de triomphe rendant hommage aux brésiliens mort durant la seconde guerre mondiale

La Foire « do Brique da Redenção »

Il regroupe plus de 300 exposants, propose tous les dimanches, depuis 23 ans, artisanat, antiquités et œuvres d’art.

Le Parc Maurício Sirotsky Sobrinho

Il est aussi appelé le « Parc Harmonia » possède la  “Estância da Harmonia “ – qui est une réplique d’un « ranch »- et qui a pour but de maintenir la culture traditionnelle « Gaúcha ». Il possède aussi plus d’une centaine de barbecues répartis sur l’ensemble du parc.

Le Parc Saint Hilaire

Il est nommé ainsi en hommage au célèbre naturaliste et explorateur français Auguste de Saint Hilaire, qui vécut au Brésil au XIXème siècle est un parc de loisirs avec terrains de football, de volley-ball, aire de jeux et une centaine de barbecues.

Le Parc Mascarenhas de Moraes

C’est une réserve écologique en plus d’être un parc de loisirs. Il se trouve dans le quartier « Humaitá ».

Le Parc Chico Mendes

Il rend hommage au grand défenseur de la forêt amazonienne, assassiné en 1988. Localisé dans le quartier « Jardim Leopoldina ». Parc de loisirs mais aussi réserve écologique. L’amphithéâtre en plein air et  le Mémorial Chico Mendes sont la scène d’expressions culturelles.

Vous pouvez aussi vous balader au Parc « Marin du Brésil » situé dans le quartier « Praia de Belas » ou encore au Parc « Moulin à vent » (Parque Moinhos de Vento) localisé dans le quartier qui porte le même nom.

Vous pouvez également visiter la Réserve biologique de « Lami ». C’est une pépinière qui abrite plus de 300 espèces de plantes de la région et des espèces animales encore en plus grand nombre.

Les Foires de Porto Alegre font parties du paysage culturel de la ville. La plus grande étant la Foire Latino Américaine d’Artisanat, qui accueille chaque année 13 pays.

Une foire annuelle aux livres est aussi organisée. Elle reçoit plus de 190 exposants venant des quatre coins du pays et du monde.

L’art sacré est aussi une caractéristique de Porto Alegre ; en témoigne le patrimoine visible dans l’ensemble des édifices religieux et les musées consacrés à cet art. Exemples : les saints des églises « Nossa Senhora das Dores » et « Nossa Senhora do Carmo », le saint en bois « pau-oco » au musée « Júlio de Castilhos » où vous trouverez aussi  une belle collection d’objets « gauchos ».

Une simple visite du centre historique vous permettra de vous rendre compte des différents styles architecturaux qui ont traversé les époques. La « Casa da Junta » marque l’influence baroque par exemple. Des monuments historiques sont aussi exposés sur la place publique, comme le Monument Júlio de Castilhos que vous trouverez sur la «  Praça da Matriz » ou  sur les façades de bâtiments telles que les statues qui orne l’ancienne Mairie que vous trouverez « Praça Montevidéu ».

Pour les amateurs d’œuvres modernes, allez voir le Monument aux Açoriens, il se situe en face du « Ponte de pedra ».

Principales attractions

Palais « des Açoriens »

De style néoclassique, sa construction a commencé en 1898. L’importance historique de ce monument montre, au niveau des formes et de la statuaire, une influence de la doctrine positiviste. En face de la Mairie on trouve la Fontaine  » Talavera de la Reina », cadeau offert par la communauté espagnole en 1935, à l’occasion de la commémoration du centenaire de la Révolution « Farroupilha ». Les sculptures qui ornent la façade représentent l’Economie, l’Education et la Politique. Devient monument préservé de la Municipalité en 1979. C’est l’endroit où se trouve le centre géographique de la ville. Se localise sur la Place Montevideo, 10 – Centre.

Marché Public Central

Inauguré en 1869, présente un style néoclassique. Le deuxième étage a été achevé seulement en 1913, après avoir été touché par un incendie. Entre 1995 et 1996, il est passé par une profonde réforme modifiant sa structure interne et restaurant sa partie externe. Parmi sa centaine de boutiques, il est possible de trouver des épiceries et des produits typiques de la culture « gaúcha ». Restaurants, bars et « sorveterias » (chez le glacier) renforcent l’offre de biens et services. Devient monument préservé de la Municipalité en 1979. Se localise sur la Place « Glênio Peres »", s/n – Centre – Place « XV de Novembro ».

Chalet de la Place XV

C’est un des plus traditionnels bar-brasserie-restaurant de la ville ou se réunissent les derniers photographes « lambe-lambe ». De style bavarois avec des touches « art nouveau », le centenaire Chalet a été fabriqué avec une structure d’acier démontable, conservant jusqu’à aujourd’hui les lustres et carrelages originaux. Se localise sur la Place « XV de Novembro », s/n – Centre.

Place « Glênio Peres« 

Inaugurée en 1922, c’est le lieu des manifestations culturelles et politiques. Le revêtement conserve le dessin qui existait en face de l’immeuble de la Municipalité durant la décennie de 30, semblable à un tapis persan composé par des carreaux en basalte gris et des pierres portugaises de couleurs noire, blanche et rose. C’est sur cette place que l’on trouve le trolley bus modèle J.G. Brill, utilisé durant les années 30. Courriers et Télégraphes – Construit au début du siècle, l’immeuble se distingue par son architecture d’influence baroco-germanique. Les tours asymétriques, avec des coupoles en bronze, font penser aux casques de l’armée prussienne. Au centre de l’immeuble se trouve « Atlas », personnage de la mythologie grecque condamné à supporter le ciel sur ses épaules. Une figure féminine représentant le vieux continent, la figure d’un adolescent masculin, représentant le nouveau continent, intègrent l’ensemble. Devient monument préservé par le Patrimoine National en 1981. Localisation: Place « da Alfândega », s/n – Centre.

Musée d’Art du Rio Grande do Sul « MARGS »

De style principalement néoclassique, l’immeuble a été projeté par l’architecte allemand Theo Wiederspahn. A l’origine, il était le siège de la Direction des impôts du Trésor National. Actuellement, il abrite la plus importante collection d’?uvres de l’état du Rio Grande do Sul, beaucoup d’entre elles signées par des artistes de renom. Les espaces internes présentent une illumination à travers des « vitraux » qui ornent le plafond du salon principal, caractéristique qui s’est développée en Europe durant les années 20. Devient monument préservé par le Patrimoine de l’Etat en 1983. Place « da Alfândega », s/n – Centre. Visites du mardi au dimanche, de 10h à 19h.

La capitale « gaúcha » est considérée comme la ville brésilienne la plus verte du pays – chaque habitant dispose approximativement de 6m2 de zone verte. En plus du million d’arbres plantés sur les trottoirs, Porto Alegre possède 407 places, 9 parcs, 1 réserve biologique, collines, îles et le Lac «  »Guaíba »".

L’archipel – Le fleuve Guaíba reçoit les eaux des rivières Jacuí, Caí, Sinos et Gravataí. Dans les îles a été crée en 1976, le Parc d’Etat « Delta do Jacuí ». L’archipel est composé de 28 îles, la majeure partie d’entre elles inhabitées. Sur celles-ci vivent 329 espèces végétales, 108 types d’oiseaux et plus de 30 espèces de poissons, sans oublier des centaines d’autres animaux. Quelques îles sont reliées au continent par le fameux pont «  »do Guaíba »". La grande île « dos Marinheiros », et celles de Pavão, Flores et Pintada abritent une population d’environ 15.000 personnes. Les iliens vivent du recyclage des détritus et de la pêche, produisant aussi de l’artisanat. L’île « Pintada » – c’est une des îles qui intègrent le Parc d’Etat du Delta de Jacuí. Actuellement, la pêche artisanale est la principale activité économique de l’île. A la fin du XVIIIème siècle, l’île a été occupée par des immigrants açoriens qui, ravitaillaient la ville en poissons, verdures, fruits et lait. Traversant le temps de la colonisation, les légendes et croyances racontées par les actuels îliens montrent la vigueur de leur identité culturelle.

Guaíba

Le Lac Guaíba compose est une des fiertés de Porto Alegre et de ses habitants; le coucher de soleil sur ses eaux, couvre la ville de lumières dorées et, tout cela parce que le soleil vient se reposer dans un des territoires les plus méridionaux du Brésil. Quotidiennement, sur les 72 km du littoral de Guaíba, les spectateurs attendent le spectacle des changements de couleurs du crépuscule.

Collines (morros)

Un anneau de collines granitiques, vieilles de 730 millions d’années encercle Porto Alegre, occupant 65% de la superficie de la ville. Les collines font partie du bouclier Sud-Riograndense – une plate forme triangulaire de 48.000 km2, issue de roches qui se sont agglomérées sous la forte pression et chaleur à l’intérieur de la terre et qui après sont apparues, s’élevant jusqu’à la hauteur des montagnes. Aujourd’hui, taillées et fendues par l’érosion de millions d’années, elles forment de petites collines au sommet arrondi qui dominent le paysage de la capitale.

Colline « Santana »

C’est le point le plus haut de la ville et la moitié de son extension (1000 ha) appartient à l’Université Fédérale du Rio Grande do Sul. Sur ses 311m d’altitude, nous pouvons rencontrer des zones de forêts, des chutes d’eaux, des cours d’eau, des lacs, des ruisseaux et des chutes d’eaux.

Colline « do Osso »

Se localise entre les quartiers de Tristeza, Camaquã et Ipanema. Du haut de ses 143 m, à partir d’une vision panoramique de plus de 200 degrés, il est possible de voir le « Lago Guaíba », la Plage d’Ipanema, le Centre de Porto Alegre et quelques collines. Une partie de la colline, incluant son sommet, délimite le Parc Naturel de la colline «  »do Osso »" qui doit être agrandi à 114 ha. Le parc dispose d’un siège administratif, avec un auditorium pour les activités éducatives, un service de guarde-colis et un programme d’éducation pour l’environnement avec des visites orientées destinées à des groupes organisés. Colline « São Pedro » – Se localise entre les quartiers Restinga et Lami. Du haut de ses 289 m, il est possible d’admirer la partie sud de la ville, la plage du « Lami » et le phare de Itapuã. En dehors, du pic vert, de la perdrix et des aigles, cette colline, recèlent des animaux menacés d’extinction. Pour être localisée dans la zone rurale de la Municipalité, la faune de la colline conserve encore une grande biodiversité.

Colline « São Pedro »

Il y a plusieurs sources propres et préservées de ruisseaux. Possédant plus de 1000 ha, la colline présente 4 formations végétales basiques: le terrain propre, avec une végétation rase; le terrain sale, com touceiras et avec une végétation semi-arbustive; la forêt de galerie, qui accompagne les ruisseaux et la forêt pluvial subtropical.

Colline « Santa Teresa « 

Localisée dans le quartier « Santa Teresa », cette colline se trouve à 148 m du niveau de la mer, permettant une vision panoramique du lac Guaíba le long des parcs « Marinha do Brasil » et « Maurício Sirotsky Sobrinho » (Harmonia). Au sommet du belvédère Ruy Ramos, il est possible d’apercevoir une partie des îles de l’archipel, l’Usine du Gazomètre et le Centre de Porto Alegre. Colline « Santa Teresa » est connue pour abriter de nombreuses chaînes de télévision et de radio, c’est pour cela qu’elle est appelée par la population de « colline de la Télé ». Parcs – Les parcs et jardins de la ville conservent des arbres centenaires, des espèces végétales exotiques et originaires du Rio Grande do Sul et du Brésil. Ils représentent des espaces de sociabilité et de rencontres, avec des équipements de loisirs et de récréation variés.

Jardin Botanique

Disposant d’une aire d’approximativement de 43 ha, le Jardin Botanique est localisé dans le quartier qui a reçu son nom, entre l’ Av. Cristiano Fischer et l’ Av. Salvador França. Il dispose de collections scientifiques avec plus de 2.000 exemplaires, de 725 espèces, distribuées à travers les différentes aires ouvertes du parc. Dispose d’un centre de « Germoplasma », un centre de semences et un vivier de pousses, sans oublier le développement d’activités éducatives en faveur du milieu environnant. Le Musée des Sciences Naturelles est lui aussi localisé dans le parc conservant des espèces de la flore et de la faune du Patrimoine Naturel de l’Etat. Parc « Farroupilha » (Redenção) – Se situe dans le quartier « Farroupilha » et bordé par les Avenues João Pessoa, José Bonifácio, Osvaldo Aranha et les rues Setembrina et Eng. Luís Englert. Dans ses 370.000 m2 de promenades, on trouve 45 monuments en cuivre et marbre, une fontaine lumineuse, le Monument « l’expéditionnaire » représentant un double Arc de triomphe avec des sculptures en relief qui rendent hommage aux soldats brésiliens qui ont participé à la 2ème Guerre mondiale. Mini-zoologique, parc de diversion infantile, terrains de football et de jeu de quilles « bocha », pistes cyclables, piste d’athlétisme, appareils de gymnastique, auditorium pouvant recevoir 4.500 personnes. La Foire « do Brique da Redenção » se met en évidence il y a 23 ans, tous les dimanches avec ses 300 exposants – artisans, antiquaires et artistes plastiques – elle réveille la ville par la couleur spéciale de ses produits qui, en symbiose, se mélangent avec les couleurs de la nature et de la foule qui y circule.

Parc Maurício Sirotsky Sobrinho (« Parc Harmonia »)

Situé dans le quartier de la Basse Ville, il possède 300 mil m2, abritant dans cet espace une réplique de « estâncias gaúchas » – a Estância da Harmonia – destinée à la conservation et à la pratique de la culture traditionnelle. Il dispose, en plus, d’une piste d’aéromodélisme, d’un bassin pour le modélisme nautique, de parcs infantiles, terrains de football, de jeu de quilles « bocha », de volley et plus de 100 barbecues répartis dans les différentes parties du parc.

Parc Saint Hilaire

Situé sur la route RS 040, au km 02, ce parc se localise à 17 km du centre ville. Il possède 11.800 000 m2 dont 240 ha destinés aux loisirs et 940 de préservation permanente. Son nom est en hommage au scientifique Augustim François Cesar Provensal de Saint Hilaire, voyageur et naturaliste français de renom international qui a vécu de nombreuses années au Brésil. L’infrastructure du parc comporte des terrains de football, des pistes de jeux de quilles - »bocha », de volley-ball, de football de salle, d’aéromodélisme de patinage, ainsi qu’une aire de jeux et approximativement 100 barbecues.

Parc Mascarenhas de Moraes

Situé dans le quartier « Humaitá », a été officiellement créé en 1984 et dispose d’une aire totale de 182.383 m2. Il possède une réserve écologique d’environ 6 hectares, où vivent de nombreuses espèces animales et végétales. L’aile sud du parc dispose d’une aire de jeux et de 3 terrains de volley-ball; dans l’aile centrale, on trouve l’administration du parc, des terrains de football et des pistes de jeux de quilles « bocha », des terrains de volley-ball, de football à sept et des terrains d’activités polyvalentes.

Parc Chico Mendes

Localisé dans le quartier « Jardim Leopoldina », ce parc rend hommage au fameux Francisco Alves Mendes Filho, dit Chico Mendes, leader syndical des collecteurs de caoutchouc « os seringueiros » et grand défenseur de la forêt amazonienne, assassiné en 1988, dans l’Etat du Acre. Le parc occupe une superficie de 247.000 m2 et se situe dans une aire encore en phase de structuration urbaine. Il dispose d’un bosquet d’eucalyptus et une petite réserve écologique constituée basiquement d’essences d’arbres de la région qui assurent la survie de différentes espèces d’oiseaux. Il propose aussi des terrains de volley-ball, de basquet, 2 terrains de football, 3 pistes de jeux de quilles « bochas », des jeux de table, des appareils de gymnastique, piste pour courir, des vestiaires, une aire de jeux pour enfants et un local avec des barbecues. Le Mémorial Chico Mendes et l’amphithéâtre en plein air sont destinés aux cérémonies et programmations culturelles.

Parc « Marine du Brésil »

Localisé dans le quartier « Plage des belles », il occupe une surface de 715.000 m2 et en s’y promenant il est possible d’admirer les eaux du Lac « Guaíba ». Les sportifs profitent beaucoup de ses infrastructures – 4 courts de tennis, 5 terrains d’activités polyvalentes, 1 terrain de football, 6 de football de salle, 1 piste d’athlétisme, 1 piste de patinage, 1 piste de skate board, 9 terrains de football de sable, 1 vélodrome et des appareils de gymnastique. Il aussi possible de louer des bicyclettes et des quadricycles. Il ne faut pas oublier non plus 1 aire de jeux pour enfants et un 1 mini-parc de loisirs. De son aire totale, 11 hectares sont dédiés à des bosquets et des espaces de pelouses où l’on trouve des arbres de la région et des espèces exotiques.

Parc « Moulins à Vent »

Parque Moinhos de Vento  - Localisé dans le quartier « Moulins à Vent », il possède 115.000 m2 et offre une infrastructure sportive avec des terrains de football, des courts de tennis, des pistes de jeux de quilles « bocha », des appareils de gymnastique, piste de patinage, des terrains d’activités polyvalentes et des pistes d’athlétisme de 400m, de 650m et de 1.100m. Le siège administratif du Parc a été construit en forme de moulin à vent artificiel avec une mini-chute d’eau qui permet la conservation d’une vie aquatique composée de tortues, oies, macreuses et poissons. La faune d’oiseaux est particulièrement abondante quand les arbres et arbustes du parc commencent à produire des fruits. Le parc abrite aussi une bibliothèque infantile, avec 1000 titres, orientés principalement vers la littérature écologique. Réserve Biologique – la ville protège, dans les limites de son territoire, une Réserve Biologique de 179 ha.

 La Réserve Biologique de « Lami« 

Elle abrite une station météorologique et une pépinière avec des plantes de la région. La diversité des ambiances permet la croissance de plus de 300 espèces végétales et un nombre bien supérieur d’espèces animales; les marécages e terrains de jonc sont des « berceaux » pour beaucoup d’organismes aquatiques. Foires – les foires, espaces démocratiques d’échanges symboliques et de fusion culturelle, sont incorporées au quotidien de la ville. L’artisanat, marque de l’héritage des différentes ethnies qui font la spécificité de Porto Alegre, est visible dans les divers espaces de convivialité populaire destinés à des telles rencontres. Le principal événement du secteur est la Foire Latino Américaine d’Artisanat qui réunit, chaque année, plus de 13 pays. Les antiquités, signes du temps qui exalte la mémoire, peuvent être rencontrées: tous les samedis, sur la 5ª Avenida Center et tous les dimanches, no Brique da Redenção. La Foire du Livre, qui est une manifestation déjà reconnue au niveau national, réunit annuellement plus de 190 exposants montrant la production régionale, nationale et internationale, de livres rares, de nouveautés et d’activités parallèles. Il existe aussi d’autres manifestations illustrant la diversité culturelle de la ville comme les foires écologiques, à caractère populaire, de gastronomie ethnique, d’objets d’occasion et la Foire du Discque.

Art Sacré

La ville dispose d’un énorme patrimoine d’art sacré visibles dans les églises et les musées comme par exemple: les saints des églises « Nossa Senhora das Dores » et « Nossa Senhora do Carmo », le saint en bois « pau-oco » (images missionnaires de l’époque barroque) au musée « Júlio de Castilhos » où vous trouverez une belle collection d’objets « gauchos » », sans oublier les sculptures modernes du Sanctuaire « Nossa Senhora Madre de Deus » sur la colline « da Glória ».Immeubles Historiques

La ville de Porto Alegre est un immense musée architectural, les différents styles architecturaux, principalement concentrés dans le centre de la cité, indiquent les influences qui ont marqué l’histoire de la capitale. Dans ce cadre, une promenade à travers les étroites rues du centre historique permet de voir des immeubles aux caractéristiques baroques – comme la Maison de l’Assemblée « Casa da Junta » – occupant l’espace un immeuble à l’architecture moderne comme celle du Palais « Farroupilha » – local où se réunit l’Assemblée Législative de l’Etat. Monuments – Les monuments de la capitale « gaúcha » peuvent être admirés dans différents quartiers de la ville. Soit exposés dans des espaces publics – comme le Monument Júlio de Castilhos sur la Place « de la Matrice », avec son caractère positiviste – soit embellissant la façade d’immeubles publics – comme la collection de statues ornant l’ancienne Mairie, sur la Place Montevideo. Porto Alegre possède aussi une série d’oeuvres modernes, comme le Monument aux Açoriens, localisé en face du Pont de Pierre. Centres Culturels – Les Centres Culturels sont des espaces pour la divulgation de l’art et de la culture dans la ville. Porto Alegre offre des grands espaces pour la réalisation de shows – comme l’Amphithéâtre « Coucher du Soleil » situé au bord du Lac Guaíba – ou des aires d’expositions spécialisées – comme les salles de la Maison de la Culture « Mário Quintana » et de l’Usine du Gazomètre.

Novo Petrópolis

A une quinzaine de minutes de Gramado, se trouve la petite ville de Novo Petrópolis à l’architecture typiquement bavaroise. Le parc de l’immigration abrite la reproduction d’une colonie allemande du XIXème siècle, ainsi que des kiosques à musique et un zoo qui accueillent de nombreuses festivités pendant les mois de janvier, février et juillet. Pendant ces périodes de vacances, les hotels et les pousadas de Novo Petrópolis, de même que ceux de Gramado et Canela, se remplissent de touristes. L’influence germanique se fait sentir non seulement dans les noms et l’architecture, mais aussi dans les avenues et les parcs soigneusement entretenus. Le vert est la couleur dominante de ces trois villes. A la périphérie de Canela se trouve le parc naturel de Caracol, célèbre pour ses chutes de 131 mètres. Après trois heures de route à travers la forêt et les pâturages, on atteindra le Canyon d’Itaimbézinho, aussi appelé Taimbezinho. Ce canyon, aux parois verticales de 500 mètres de profondeur, long de plus de 7 kilomètres et large de 2 km par endroits est le plus grand de tout l’Amérique latine. Jusqu’à maintenant, l’endroit était peu connu des touristes en raison des difficultés d’accès. Contrairement au Grand Canyon d’Amérqieu du Nord, situé dans une zone désertique et aride, Itaimbézinho est remarquable par sa végétation luxuriante. Il se trouve au centre du parc national des Aparados da Serra, une des dernières forets de pins du pays, où certains arbres peuvent attiendre 50 m de hauteur. Quelques cascades ajoutent la dernière touche à ce chef- d’œuvre de la nature.

Localisation et accès

Nova Petrópolis se trouve dans l’état du Rio Grande do Sul au sud du Brésil.
Porto Alegre: 100 km; Florianópolis: 440 km ; Rio de Janeiro: 1.553 km; São Paulo: 1.109 km

La petite ville de Novo Petrópolis à l’architecture typiquement bavaroise. Le parc de l’immigration abrite la reproduction d’une colonie allemande du XIXème siècle, ainsi que des kiosques à musique et un zoo qui accueillent de nombreuses festivités pendant les mois de janvier, février et juillet. Pendant ces périodes de vacances, les hotels et les pousadas de Novo Petrópolis, se remplissent de touristes. L’influence germanique se fait sentir non seulement dans les noms et l’architecture, mais aussi dans les avenues et les parcs soigneusement entretenus. Le vert est la couleur dominante de cette ville.

Gramado et Canela

Les joyaux de la Serra Gaúcha sont les villes jumelles de Gramado et de Canela. Gramado, qui accueille chaque année le festival du film brésilien, est une petite ville de montagne où les résidents des grandes métropoles viennent retrouver le plaisir de ne rien faire. Gramado, tout comme Canela, offre des douzaines de petits hotels et pousadas, cachés dans les pinèdes, aux touristes fatigués.

Caractéristiques en évidence

Gramado est le théâtre de grands événements, avec un programme plein d’attractions. Le charme des rues fleuries, les détails de l’architecture, le confort de l’hôtellerie, le raffinement de la gastronomie, la qualité des produits et services, l’originalité des anciennes colonies, l’hospitalité des gens, l’odeur de la nature, enfin, tout à Gramado paraît conspirer pour qu’on ait des moments uniques de plaisir. Elle est belle par la nature, mais elle a compté avec la force des allemands et italiens qui ont colonisé la région et qui l’ont aidé à devenir beaucoup plus que le simple qualificatif de charmante. À Gramado vous trouvez tous les raisons pour vous sentir bien et vouloir toujours y revenir

Climat

Milieu humide de Latitudes mésothermaux, également connu sous le nom subtropicales. Dans la classification de Köppen, CFA (été chaud dans la plupart des États) et Cfb (été doux dans les montagnes du nord-est et sud-est).
Zone climatique: Tempéré Sud (entre le tropique du Capricorne et le cercle polaire antarctique).

Géographie

Mid-South: Plateau du Sud-Rio-Grande, aussi connu comme les scies du Sud-Est ou un bouclier cristallin. Les grandes chaînes de montagnes sont: le Caçapava, de Carrefour, les bandes et Herval.
Nord: plateaux et mesas du bassin du Paraná, également connu sous le plateau Nord Riograndense ou le général Saw Le point culminant du territoire, le Mont Negro avec 1398 mètres, se trouve dans cette région, à São José dos manquant .
Centre: dépression périphérique Sud Riograndense, aussi connu comme la dépression centrale.
Littoral: Plain Laguna dos Patos et Mirim, aussi connu comme la plaine de la plaine côtière et des zones côtières.

Végétation

Campinas: les prairies (herbe) dans le sud et l’ouest mi.
Plateau domaines: également appelées champs sur les montagnes dans le nord-est.
Forêt subtropicale: poursuite de la forêt atlantique qui atteint les parties nord et centrale.
Forêt des Pins: également connu sous le nom forêt d’Araucaria Araucaria ou de la forêt de dans le nord et nord-est.

Torres

Torres dispose d’une grande variété de beautés naturelles, formant un écosystème unique. Son climat agréable et l’immensité de ses plages de sable blanc attirent des milliers de personnes de toutes les régions du Brésil et des pays voisins.

Torres se trouve sur le littoral Nord-est de Rio Grande do Sul. La Rivière Mampituba fait la frontière entre l’Etat de Rio Grande do Sul avec l’Etat de Santa Catarina. Le nom de Mampituba est d’origine Tupi et signifie « rivière aux nombreuses courbes ». Comment y arriver: Routier – En arrivant par le nord, par la BR-101, est éloigné 280 km de Florianópolis. Par le sud on peut y arriver aussi par la BR-101 ou par la route.

Principales attractions

Praia Grande – Avec 2.000 mètres de longueur c’est la plage préférée pour les bains de mer et l’endroit où se déroule la plus grande partie des événements sportifs durant l’été: football, volley, surf et autres. Sur cette plage sont organisés d’innombrables shows à l’air libre. Elle est aussi le lieu de rencontre de la plupart des touristes.

Prainha – Aussi connue comme la plage du milieu, elle a 600 mètres de longueur. C’est la plage la plus tranquille de Torres et, pour posséder un sol rocheux, elle est très recherchée pour ses beautés naturelles. Elle est aussi devenue, le grand point de rencontre des jeunes les dimanches en fin d’après midi.

Plage dos Molhes – Les molhes ont été construits entre 1968 et 1970 pour fixer la fosse du fleuve et faciliter la sortie des bateaux de pêche. Elle a 250 mètres de longueur et pour faute d’argent sa construction est restée inachevée. Il faudrait encore plus de deux cents mètres de chaque côté. Avant les travaux le fleuve se situait plus au nord. Les terres situées entre l’ancienne et la nouvelle fosse appartiennent à la marine. Cette plage est une aire de surf, en raison de ses vagues.

Plage da Cal – Elle possède ce nom parce que jusqu’en 1940, il existait plusieurs fours de torréfaction de coquillages pour la fabrication de cal minéral pour les produits chimiques. Avant c’était une plage uniquement de pêcheurs, qui a commencé à recevoir des touristes à de 1942. Aujourd’hui, ses habitants sont en majorité de Caxias do Sul, une ville «  »gaúcha »" d’origine italienne. Elle a 800 mètres de longueur et est un des locales les plus recherchés pour la pratique du surf. En face de la Plage da Cal, il existe la place Nossa Senhora dos Navegantes, qui possède une image de la Sainte qui est la patronne des pêcheurs et navigateurs. Dans d’autres religions elle est appelée Iemanjá, qui est la reine de la mer. Sa fête est traditionnellement commémorée le 02 février. Parc Guarita – Les dessins des jardins ont été fait par le fameux paysagiste Burle Marx (qui a dessiné les jardins de Brasília) avec l’aide José Lutzemberger. Le restaurant est typique, en harmonie avec le paysage, car les pierres et ses murs ont été retirées de la Tour sud et son toit est en paille Santa Fé. Le Parc possède un bel amphithéâtre naturel encerclé par un lac artificiel, et qui sert pour différents types de présentations culturelles. La Plage de  Guarita est située dans le Parc. Elle est considérée comme la plus belle plage de Torres, entourée par les Tours Centre, Sud et Guérite qui a donné son nom à ce Parc.

Monument au surfeur – Localisé à côté de la Société des Amis de la Plage de Torres, c’est un des uniques monuments d’Amérique Latine qui rend ce type d’hommage. Construit en ciment, il représente un surfeur prenant une vague.

Colline du Phare – A l’ origine appelée Plage de la Tour nord pour être la première tour visible dans le sens nord-sud, la colline a été rebaptisée en 1912, lors de la construction du premier phare. L’objectif de ce phare est de signaler l’existence de terres aux navigateurs. Ce phare est une construction en bois à l’origine, une roue à son sommet, cette roue ayant des fenêtres colorées en rouge, jaune et blanc, tournant autour d’un lampion à gaz. En 1935, une tempête a détruit cette roue. Le phare actuel possède 18 mètres de hauteur et s’allume toutes 8 secondes, et est visible par nuits claires à une distance de 12 Km. Le rocher le plus élevé a 600 mètres de largeur et son altitude est supérieure à 46 mètre. Au pied de la colline, du côté e la mer, existe grotte de Nossa Senhora Aparecida et une source d’eau extrêmement pure. Local idéal pour admirer les beautés naturelles de la ville, on peut voir toutes les plages, les tours, le lac de la guitare, les montagnes, les dunes et l’île des Loups.

Colline du Milieu- La plus importante des tours, par sa taille, est du milieu, est aussi connue comme Colline des Cavernes. Elle se trouve à 600 mètres du Phare, séparés par la Plage da Cal. C’est un ensemble allongé de 135.000 m2 de superficie supérieure. Toute la côte orientale se compose de falaises perpendiculaires, érodées à la base par les vagues et formant des cavernes tant admirées et fameuses. Le point culminant de Torres mesure 66 mètres et se trouve sur le premier des deux sommets de la colline. Le plus connu est appelé «  »Le Petit Pont »" permet de contempler un curieux arc de pierre appelé «  »Portail »". Peu de personnes ont eu la possibilité de descendre jusqu’à la baie derrière le «  »Portail »" pour observer de près les cavernes inachevées, creusées il a un million d’années par la mer qui était 5 à 8 mètres plus haute qu’aujourd’hui. Au sommet de la Colline, le visiteur passera en premier par le haut du Portail d’où il aura une vue de la baie. Après, il passera par les cavernes du «  »Garage »", qui est un des points les plus photographiés de Torres. A proximité de Lagoinha dos Suspiros, une croix l’invite à la prière, déjà stimulé par la majesté du scénario. L’accès aux cavernes ne représente aucun problème. Il y a des escaliers en ciment avec des rampes. Peu de personne savent que «  »Furna grande »" est la plus petite des cavernes (à gauche pour qui descend le premier escalier) «  »Furninha »" est la plus grande (à droite). Les noms ont été consacrés il y a très longtemps. En vérité, «  »Furna grande »" n’existe pas, c’est seulement un début de grotte dans lequel chaque vague produit un bruit d’air comprimé quand elle pénètre et quand elle se retire. La descente de l’autre escalier, permet au visiteur d’arriver à une plateforme presque au bord de la mer: c’est le diamant. A gauche on trouve l’entrée de la «  »Caverne du Diamant »" «  »Furna do Diamante »", où selon la légende est caché un diamant très précieux.

Morro Sul – La Colline Sud (Tour Sud), est localisée dans le Parc de la de la Guérite. Elle possède un grand mur face à la mer. Un escalier de plus de 100 marches emmène le public jusqu’au sommet, d’où l’on peu admirer un très belle vue du Parc et des Plages de la Guérite, Itapeva, de la Colline du Milieu, des Dunes et e la ville. C’est la Coline sud qui sépare le Parc de la Guérite de la Plage Itapeva. Lac do Violão – Il est localisé au centre de la ville et tire son nom pour son format d’origine semblable à une guitare. Le local est utilisé pour la réalisation de sports aquatiques.

Dunes de Itapeva – La Plage de Itapeva possède 6.000 mètres de longueur et se trouve juste après le Parc de la Guérite. Elle tire son nom de la Colline de Itapeva qui, en indien Tupi guarani signifie «  »pierre plate »". A proximité de la Colline et du Camping sont localisés les Dunes de Itapeva. C’est un excellent local pour la pratique de Sand Board. Pierres de Itapeva – Rocher localisé sur la Plage de Itapeva, un excellent local pour la pêche sportive.

Ile des Loups – C’est l’unique île maritime de l’Etat de Rio Grande do Sul. Il a ce nom parce qu’il est l’unique île du Brésil où, entre juillet et septembre, les loups marins – à la recherche d’eaux plus chaudes – arrivent pour la reproduction. En 1983,elle a été déclarée Réserve Ecologique, dans laquelle tout type de chasse ou de pêche maritime est interdite. L’île se trouve à 1800 mètres de Praia Grande, sa topographie ne dépasse pas 2 mètres. Ele fut la cause de beaucoup de naufrages durant des tempêtes. Le dernier navire qui naufragea a été le HAWAII, en 1965, et ses ancres se trouvent sur la Plage da Cal, une sur le côté droit de l’image de Nossa Senhora dos Navegantes et l’autre dans le jardin de une maison, en face de la Place. Autrefois, il était possible d’apercevoir la coque du navire HAWAII, mais les vagues l´ont immergé. L’île constitue une importante aire de repos et d’alimentation (lions et loups de mer), en plus de servir de point de passage pour les cétacés (dauphins, baleines et lamantins), oiseaux et tortues marines. Rivière Mampituba – Rivière qui fait la frontière entre l’Etat de Rio Grande do Sul avec l’Etat de Santa Catarina. Le nom de Mampituba est d’origine Tupi et signifie «  »rivière aux nombreuses courbes »". Eglise São Domingos – Inaugurée le 24 octobre 1824, sa construction est de style colonial baroque sobre et possède une unique tour, construite en 1898 par le père Lamônaco. A l’intérieur, on trouve des images données par Dom Pedro I, de grande valeur historique. Elle a été proclamée monument préservé par le projet Pro-Mémoire, interdisant n’importe quel outrage à l’édifice ou aux pièces qu’elle contient.

Pont suspendu – Construit en 1985, a substitué l’ancien pont en bois. Ce pont en ciment et de câbles d’acier permet l’accès à la localité de Passo de Torres (SC). Santinha – Local où se trouve une fontaine aux eaux cristallines, sortant de la roche de la Colline du Phare. Le local se trouve entre Prainha e a Praia da Cal. Dans ce local a été mis une image d’une sainte. Maison de la Culture - Maison de la Terre – Son siège est aujourd’hui un hôtel particulier du XIXème siècle, situé dans la rue Júlio de Castilhos, 838. Au début du XXème siècle il appartenait à la veuve de José Teodoro Pacheco de Freitas, frère du colonel João Pacheco de Freitas. Plus tard, il fut vendu à Elói Krás Borges, fonctionnaire public municipal, chargé d’allumer et éteindre les lampions des voies publiques. Il existe des informations que la rédaction du journal «  »O Torrense »" occupa cette maison. En 1992 elle devint la «  »Maison de la Terre »", siège municipal de la culture. La Maison de la Culture se dédie à la préservation de la mémoire régionale et au développement de programmes culturels, par le biais de cours, d’expositions, de foires, d’événements culturels, etc. Intérieur – L’intérieur de Torres recèle de nombreux espaces naturels de grande beauté, peu explorés et très bien préservés dans lesquels survivent de beaucoup d’animaux comme les toucans, les chats de la forêt entre autres espèces de la forêt de type Atlantique. L’intérieur est aussi riche en coutumes rurales où se concentrent de grandes plantations, principalement de bananes et de riz

A l’intérieur des terres se trouve la Serra Gaúcha, une chaîne de montagnes qui attirent de nombreux touristes. Pinèdes, vallées verdoyantes, cascades solitaires, rivières scintillantes et canyons raviront le visiteur lors de ses excursions. Ce même paysage a attiré des milliers d’immigrants allemands et italiens au XIXème siècle. Les vallées abritent toujours leurs caractéristiques maisons de bois et de pierre.

Bento Gonçalves

Cette ville au relief  accidenté est  dotée de coteaux arides. Les premiers  immigrés italiens venus s’installer dès 1875 ont exploité la région avec la culture de la vigne. Aujourd’hui Bento Gonçalves est le principal pôle vitivinicole du Brésil,

La production y est de grande qualité. La ville organise le Festival National du vin Si vous êtes dans la région et êtes amateur de  l’oenotourisme  sachez que la vallée des vignobles (vale dos Vinhedos) offre une route des vins que vous aurez la possibilité de faire à vélo. Le long de l’Estrada do Vinho et de la Via Trento, une trentaine de domaines avec auberges et restaurants sont regroupés. La plupart des établissements vinicoles ont leurs portes ouvertes aux visites et à la dégustation.

Nonhi das Águias

Point de départ à 720 mètres d’altitude pour les vols en Delta plane. Faites le déplacement juste pour la  vue  splendide que l’on a sur la vallée du Rio Caí et la ville de Caxias do Sul. Cette dernière est habitée par les descendants d’immigrés Allemands et Austro-Hongrois (entre autres). Cascata Johann Grings : la présence de cette cascade est à l’origine de la fondation d’une scierie au 19ème siècle.

Panelão : C’est une paroi rocheuse d’où s’écoule une chute d’eau formant un lac et un déversoir souterrain ; bon coin baignade, balade et barbecue.

São Miguel Das Missões

Trente missions jésuites appelées « Reduções » avaient été construit au XVII et XVIIIème siècles dans différents pays  d’Amérique Latine : l’Uruguay, le Paraguay, au Nord de l’Argentine et au  Sud du Brésil. L’objectif était de catéchiser les peuples indigènes du Nouveau monde. Sept d’entres elles se trouvaient dans l’actuel État du Rio Grande do Sul. Les ruines de Sao Miguel das Missões sont des vestiges de cet impressionnant ensemble architectural disposé de façon très particulière, l’église étant l’axe central. La mission bien conservé est classée Patrimoine Culturel de l’Humanité par l’UNESCO.

La construction de l’église commencera en 1735 et durera 10 ans. Elle est bâtie en grès et fut réalisé en trois étapes : la nef, la tour et le portique. Les documents écrits de l´époque indiquent une décoration intérieure constituée d´autels en tuile et dorés et d´innombrables sculptures en bois faites par les indiens, beaucoup d´entre elles sont actuellement dans le Musée des Missions. La mission fut détruite un siècle plus tard lors de la guerre contre les indiens Guaranis. Le père jésuite Gean Battista Primoli en fut l’architecte et s’inspira de l’église du Gesù de Rome.

D’autres activités et attractions sont possibles :

Promenade à cheval le long des anciennes pistes, balade dans le parc des missions : héritage du peuplement missionaire de São Miguel Arcanjo.

Musée des missions : créé par l’architecte Lúcio Costa, il raconte l’histoire des missions des jésuites. On y trouve une centaine de statuettes polychromes de saints en bois réalisées par les indiens et les jésuites. Certaines dépassent les 2 mètres de hauteur.

Sur le site archéologique vous trouverez une croix missionnaire, placée là par les jésuites lors de la conversions des indiens Guaranis à la foi chrétienne. Ce fut le symbole le plus marquant des Missions.

« Caminho das Missões »  se veut être la synthèse et la concrétisation d un circuit qui parcoursent les pistes qui reliaient les anciens peuplements missionnaires et qui composaient l´ensemble – urbain et rural – des Missions jésuites-guaranis, situés aujourd´hui, en partie en territoires brésilien, argentin et paraguayen.

Le « chemin » est un parcours touristique à faire : Celui-ci passe par 5 villes où étaient localisés 6 des 7 Peuples des Missions: São Nicolau, São Luiz Gonzaga, São Lourenço (appartient à São Luiz Gonzaga), São Miguel das Missões, São João Batista (appartient à Entre-Ijuis) et Santo Ângelo. Son parcours conserve pratiquement le même trajet que celui parcouru à l´époque des Missions. Possibilités de promenades – distances – période (informations approximatives): São Nicolau – Santo Ângelo: 180 km – 7 jours; São Luiz Gonzaga – Santo Ângelo: 135 km – 5 jours; São Miguel das Missões – Santo Ângelo: 78 km – 3 jours. La moyenne journalière est de 24 km.

Les descendants de l’antique peuple de São Miguel Arcanjo se localisent dans la municipalité de São Miguel das Missões, dans l’Etat du Rio Grande do Sul, une ancienne région espagnole, la Province des Jésuites du Paraguay. Les pères Jésuites ont créé des villages appelés «  »Reduções »", où les Indiens Guaranis récemment convertis durant la Conquète spirituelle commencèrent à habiter. Les jésuites créèrent 30 villages «  »Reduções »", dont sept aujourd’hui localisés sur le territoire brésilien, qui adaptaient les règles de peuplement de la Couronne Espagnole au mode de vie Guarani. Ils étaient tous organisés autour d’une place, avec l’église comme principale édifice. Le village comportait la résidence des pères, le collège, les ateliers, le cimetière et la maison des veuves et orphelins «  »cotiguaçu »". Le lieu de réunion du Conseil des chefs «  »caciques »" qui dirigeaient le village se faisait dans le «  »Cabildo »". L’organisation du village était basée sur un système social coopératif bien différent du système colonial esclavagiste. Pour amplifier leur travail d’évangélisation, les jésuites utilisaient la musique, le chant, la danse, le théâtre, le dessin, la peinture et la sculpture. Les pères grâce à leur formation scientifique et artistique ont été les maîtres des indiens Guaranis. Les Sept Peuples des missions orientales, sont localisés dans le nord-ouest du Rio Grande do Sul. Dans un premier temps, cinq municipalités ont été impliquées: Santo Ângelo, Entre-Ijuis, São Miguel das Missões, São Luiz Gonzaga et São Nicolau, tous siège des anciens Peuples Missionnaires et/ou de leurs descendants

Localisation et accès

Localisation

La commune se trouve sur le Planalto das Araucárias, au sud, sud ouest du Planalto Meridional et dans la région nord Est de l’état du Rio Grande do Sul, il est à la frontière de l’état de Santa Catarina.
L’hiver (de Mai à Août) est la meilleure époque pour le tourisme. Il vaut mieux éviter d’y aller en septembre car il pleut beaucoup et on ne voit pas grand-chose;  en été surtout en fin de journée le brouillard empêche toute visite.

Accès

Par la route, de Porto Alegre, on fait 190 km jusqu’à la ville. Il y a des lignes régulières d’autobus pour Cambará.

Parque Nacional da Serra Geral, sa surface est de 17 500 ha. Ce parc est une expansion du Parque Nacional de Aparados da Serra et il fut créé en 1992. Il y a plus de 60 canyons dans la région. Les plus connus sont le Malacara et le Fortaleza. Ces canyons se ressemblent beaucoup mais malgré tout quand on arrive au bord on est toujours surpris et fasciné par leur beauté.

Attractions principales

Parque Nacional de Aparados da Serra, ce parc se trouve dans la commune de Cambará do Sul dans la Serra Gaúcha au milieu de la région des hortensias.
Après la visite d’Itaimbezinho il y a encore beaucoup de choses à voir.
Les canyons de la Fortaleza, du Malacara et du Faxianalzinho sont magnifiques.
Dans le parc il y a deux zones bien distinctes, y compris au niveau culturel, le planalto et la plaine. Le Planalto a été colonisé par les jésuites, des allemands et des italiens.
Il a une surface de 10 250 ha et un périmètre de 63 km.
Le Canyon do Itaimbezinho est le canyon le plus connu du Parque Nacional dos Aparados da Serra et c’est aussi le plus grand d’Amérique du Sud, il mesure 5800m de long et 200m de largeur. Son nom vient du Tupi Guarani qui signifie Pierre aiguë. Les parois rocheuses du canyon font 700 m de hauteur au maximum, elles ont recouvertes de végétation et de pins naturels.
Heure d’ouverture au public du mercredi au dimanche de 9h à 17h, l’entrée coute R$ 6 par personne et le stationnement des véhicules coute R$ 5. Il y a un service d’accueil pour les touristes et des guides spécialisés.

Pedra do Segredo, ce pic se trouve à 23 km du siège, à l’est de la commune, c’est un monolithe de 5m de hauteur qui est sur la formation rocheuse dite de la « Fortaleza », il est très particulier car il est en relief sur la paroi rocheuse. Dans le sillage de la chute d’eau Tigre Preto à Fortaleza canyon, vous pouvez vous rendre au Pedra do Segredo. La pierre est remarquable pour ses qualités. Il est formé par un bloc monolithique de 5 m de hauteur et d’environ 30 tonnes. Mais ce qui enchante, c’est le fait que la pierre grandiose est en équilibre sur une base de cinquante centimètres.

Passo do Nassuca, c’est un lieu de détente sur le Rio Santana, au nord de la commune, proche d’Ouro Verde, à 20 km du siège. Passo do Nassuca est proche de l’aire de reforestation de l’Entreprise de Cellulose Cambará et il y a un jolis bois de pins.

Rio Camisas, cette rivière se trouve à 15 km du siège, ses sources se trouvent à Aparados da Serra, elle traverse la ville à l’est et possède des aménagements pour la baignade entourés de vegetation.

Parque Nacional da Serra Geral, sa surface est de 17 500 ha. Ce parc est une expansion du Parque Nacional de Aparados da Serra et il fut créé en 1992. Il y a plus de 60 canyons dans la région. Les plus connus sont le Malacara et le Fortaleza. Ces canyons se ressemblent beaucoup mais malgré tout quand on arrive au bord on est toujours surpris et fasciné par leur beauté.
Le Fortaleza est immense, il fait 7 km de long, c’est une énorme fente dans la terre qui semble infinie. La végétation est très belle, les araucarias cohabitent avec la forêt pluviale atlantique et la forêt de Campos.Dans la forêt des Araucarias il y a des pinheiro-do-paraná, des aroeira, des carvalho, des caúna et des pinheirinho-bravo. Dans la forêt de Campos les graminées prédominent. Dans la forêt pluviale les espèces sont nombreuses : la maria-mole et la cangerana. On peut observer des loups guara, des suçuarana et des chevreuils campeiro mais il faut marcher beaucoup. On y trouve aussi des ophidiens vénéneux. On peut aussi parfois voir deux espèces d’oiseaux en voie d’extinction l’épervier-pato et l’aigle gris.

Achats

Ponchos de laine fabriqués sur des métiers à tisser rustiques ; (à partir de R$ 100).
Av. Getúlio Vargas, 1004. Tel. (54) 251-1324, de 8h30 à 11h30, de 13h30 à 20h.
R. Adail de Lima Valim, 39. Tel. (54) 251-1320, de 8h30 à 12h, de 13h30 às 17h30

Parc National de Aparados da Serra

Pour visiter le Parque Nacional de Aparados da Serra il faut partir de Cambará do Sul. Le Cânyon do Itaimbezinho se trouve dans ce parc. Le Cânyon da Fortaleza se trouve dans Parque Nacional da Serra Geral.
Le paysage est formé de canyons et de parois rocheuses, on dirait qu’il ya de grandes crevasses dans le relief tourmenté des coxadas (paturages du sud du Brésil). Cette géographie tourmentée est le résultat des flux de basalte de la période jurassique. Cette région fait la frontière entre les Campos de Cima da Serra do litoral et les Etats du Rio Grande do Sul et de Santa Catarina.
Dans les canyons il y a des zones de Mata Atlântica, des champs de graminées et des forêts d’araucarias, de carvalhos et de pinheirinhos-bravos. Les promenades à cheval et les baignades dans les rivières sont interdites. On voit des graxaim-do-campo (chien de forêt), des jaguatiricas, des suçuaranas (puma ou lion de montagne), des gralha azul, des pica-pau et des gavião

Le Parque Nacional de Aparados da Serra se trouve dans la commnue de Cambará do Sul dans la Serra Gaúcha (montagnes Gaúcha). Le Parc est composé de Canyons et de parois rocheuses ; l’œuvre des flux de Basalte de la période Jurassique. Les canyons sont recouverts de Mata Atlantica , de forêts d’araucarias, de carvalhos et de pinheirinhos-bravos : l’ une des dernières forets de pins du pays, où certains arbres peuvent atteindre 50 m de hauteur. Quelques cascades ajoutent la dernière touche à ce chef- d’œuvre de la nature. Certaines escpèces animales comme  les « chiens de forêt » graxaim-do-campo, les faucons (gavião), pies (pica pau), geais bleu (gralha azul) jaguars (jaguatiricas) et autres pumas (suçuaranas) vivent dans ces canyons. . Au milieu d’une végétation luxuriante se trouve le Canyon d’Itaimbézinho, aussi appelé Taimbezinho. Ce canyon, aux parois verticales de 500 mètres de profondeur, long de plus de 7 kilomètres et large de 2 km par endroits est le plus grand de tout l’Amérique latine. Jusqu’à maintenant, l’endroit était peu connu des touristes en raison des difficultés d’accès

Parc national da Serra Geral


Le Parque nacional da Serra Geral s’étend sur 17 500 hectares. Voisin du Parque Nacional de Aparados, il a été créé en 1992. Plus de 60 canyons composent cette région mais les trois plus connus sont : les  canyons du Malacara, du Faxianalzinho et de Fortaleza. Ce dernier est une énorme fente de 7 km de long, les falaises peuvent atteindre les 900 mètres de hauteur. La végétation qui couvre ses formations rocheuses peut être des champs de graminées, des forêts d’araucarias qui cohabitent avec la forêt atlantique (Mata Atlântica).

A 23 km à l’est de la commune de Cambará do Sul, sur un pic se trouve la «  Pedra do Segredo », c’est un  bloc monolithique de 5 m de hauteur et d’environ 30 tonnes. Mais ce qui fascine, c’est le fait que la pierre grandiose est en équilibre sur une base de cinquante centimètres.

Football

  • L’histoire des équipes de football du Rio Grande do Sul

Le club de football de Porto Alegre (capitale de l’État du Rio Grande do Sul)

 Voir le site officiel www.internacional.com.br

http://www.futebolnarede.com/espec/clubes/clubes_rs.php liste des clubs de l’état voir uniquement ligue 1 et ligue 2.