Top

Culture du Brésil

Outre son environnement exceptionnel et sa diversité d’écosystèmes,  le Brésil se caractérise aussi par une culture riche et variée. Des siècles de brassage culturel permettent aux visiteurs d’y trouver une population hétéroclite, des cuisines du monde entier, des bâtiments aux inspirations architecturales complètement différentes et une grande tolérance religieuse et ethnique générale.

Sport

Le Brésil sera le pays d’accueil de la Coupe du monde en 2014. Il prévoit un gros budget  et espère un grand nombre de visiteurs pour un événement qui n’avait pas eu lieu sur ses terres depuis 1950. Il accueillera également le plus gros événement sportif au cours de l’été 2016 : les Jeux olympiques. De quoi affirmer sa place prépondérante sur la scène mondiale.

Football :

Le football fut introduit au Brésil dans les années 1890 par le Paulistano Charles Miller. Avec cinq Coupes du monde à son compte, il s’agit d’une véritable passion nationale. Depuis 2008, beaucoup de footballeurs brésiliens (Ronaldo du Milan AC, Adriano de l’Inter de Milan, Robinho du Manchester United, Edmilson du Villareal, Frederico Chves Guedes de Lyon et Roberto Carlos du Real Madrid) quittent les clubs européens pour retrouver la ferveur de leurs supporters.

Assister à un match au Brésil est une expérience unique à vivre au moins une fois dans sa vie !

Volley-ball :

Les Brésiliens ne jurent également que par le volley-ball. La Fédération internationale de volley-ball a classé les équipes féminine et masculine premières mondiales. Sur la plage ou à la télévision, ce sport remporte un grand succès auprès des brésiliens ! Les plus adroits de Rio s’adonnent au futevôlei, une variante sans les mains.

Capoeira :

La capoeira est un art martial afro-brésilien qui daterait du temps de l’esclavage au brésil. Il s’agit de la fusion de techniques de combat et de danses africaines. Ce n’est pas un art martial comme les autres : c’est plus ludique.

465X0110

Médias

La presse brésilienne est dynamique. Le Rede Globo, principal réseau de télévision au Brésil, gère le troisième réseau télévisé du monde (derrière NBC et CBS) pour 120 millions de téléspectateurs tous les jours. La télévision, suivie de la radio et de la presse, a beaucoup de poids au Brésil. Alors que le gouvernement avait plein pouvoir sur les médias jusqu’en  1990, on peut aujourd’hui parler de liberté de la presse.

Religion

Le catholicisme est la religion dominante au Brésil depuis la colonisation portugaise. Ce n’est pas la seule : le protestantisme, l’évangélisme, le pentecôtisme et d’autres mouvements chrétiens proches de l’évangélisme américain sont en train de monter de manière fulgurante. Certains Brésiliens se disent également catholiques tout en pratiquant tels que le candomblé ou le macumba. La liberté de culte est inscrite dans la Constitution depuis le XIXe siècle. Il règne ainsi au Brésil un syncrétisme religieux et une tolérance ethnique qu’on ne retrouve dans nul autre pays.

Arts

  • Musique et danse

Le Brésil a un patrimoine musical gigantesque grâce à l’influence des traditions amérindienne, européenne et africaine.

⁃  La musique classique, marquée par les morceaux du grand compositeur Heitor Villa Lobos

⁃  La samba canção est une mélange de boléro et de rythme africains

⁃  La bossa-nova est un mix entre le jazz et la samba

⁃  Le tropicalisme désigne une synthèse de styles musicaux très divergents (rock and roll américain, blues, sons psychédéliques) débouchant sur des   rythmes de bossa-nova et de samba

⁃  La Música Popular Brasileira (MPB) comprend le tropicália, le pagode, la pop et le rock brésiliens.

⁃  Le rock brésilien, le pop et le hip-hop mêlés à la MPB

⁃  En musique régionale, on retrouve le forró, musique vive et syncopée à base d’accordéon et de zabumba (tambour africain). Le frevo, musique du carnaval de Salvador apparentée  à la samba. Le trio eléctrico, ou frevo baiano, sorte de cortège carnavalesque au cours duquel des musiciens jouent, escortés par des camions.  Le bloco afro, autre élément phrase du carnaval de la ville, groupe de percussions afro-brésiliennes. Le mangue beat ou mangue bit, mix entre des styles musicaux régionaux ou traditionnels et des influences internationales (hip-hop, néopsychédélique et tejano). L’axé, fusion de samba-pop-rock-funk-caraïbe. Le carimbó , musique amérindienne.

_JSF4249

Si on devait retenir trois auteurs-compositeurs qui ont dominé le devant de la scène musicale brésilienne, cela serait

⁃  Caetano Veloso, avec ses thèmes poétiques

⁃  Gilberto Gil, plus direct, plus africain, plus rythmé

⁃  Le célèbre Chico Buarque, l’intellectuel de la bande.

La musique brésilienne est en tout cas porteuse de chaleur, de dynamisme et d’enthousiasme. Elles remplit la vie des brésiliens comme les vacances des touristes.

12101645_82497_156937

  • Cinéma

Le cinema novo est né dans les années 1950. En revanche, la dictature et l’empire américain le freinèrent en 1960/70. Glauber Rocha s’exila et produisit par exemple  António das Mortes, coproduit avec la France pour la TV.

Les années 80 et 90 sont un nouveau frein pour la production et la création à cause de l’émergence des telenovelas . On ne retiendra qu’Hector Babenco avec des films comme Pixote et Le Baiser de la femme araignée.

En 1998, Walter Salles reçoit l’Ours d’or de Berlin pour son film Central do Brasil, suivi

de José Padilha pour Tropa de Elite en 2008.

  • Littérature

⁃  L’écrivain le plus célèbre du Brésil est Jorge Amado. Parmi ses romans connus, on peut par exemple citer Gabriel, girofle et cannelle (Stock, 1998), Dona Flor et ses deux maris (Stock 2005) ou Bahia de tous les saints (Folio Gallimard, 1981).

⁃  Joaquim Maria Machado de Assis (1839-1908) est, de manière globale, reconnu comme le plus grand écrivain brésilien. Rio sert de cadre à la plupart de ses romans, par exemple Mémoires posthumes de Brás Cubas (Métailié, 1989) ou Le Philosophe ou le chien Quincas Borba (Métailié, 1997).

⁃  Clarice Lispector (1920-1977), l’une des grandes romancières latino-américaines du Xxe siècle, est peu connue à l’étranger. Pourtant, ses plus belles œuvres Liens de famille (Éditions des Femmes, 1989) et Près du cœur sauvage (Éditions des femmes, 1998) gagneraient à se faire connaître.

⁃  Aluízo Avezedo est l’un des premiers à témoigner des conditions de vie dans les favelas. Il écrivit notamment O cortiço.

⁃  Oswald de Andrade (1890-1954) est l’auteur du manifeste politique Pau-Brasil, emblématique du « modernisme ». Il décrit le Brésil comme un pays essentiellement anthropophage.

⁃  L’oeuvre de João Guimarães Rosa (1908-1967) est très originale au niveau de la langue. Diadorim est son roman le plus célèbre.

⁃  Paul Coelho est un romancier carioca classé comme le deuxième auteur le plus lu dans le monde. Ses livres sont vendus à plus de 100 millions d’exemplaires. L’alchimiste a contribué à lui valoir cette renommée internationale.

  • Peinture et arts visuels

⁃  L’artiste brésilien contemporain le plus connu est le photographe Sebastião Salgado. Ce photographe du noir et blanc est célèbre pour ses photos illustrant des personnes en marge de la société.

⁃  Hélio Oiticica (1937-1980) est un des personnages emblématiques de l’avant-garde des années 1960 et 1970. Il est à l’origine d’oeuvres interactives mettant en scène le spectateur.

⁃  Lygia Clark (1920-1988) a connu 30 ans de carrière. Ses premières oeuvres, dans les années 50, étaient des peintures monochromes constructivites.

⁃  Les premiers artistes brésiliens étaient des peintres coloniaux dans les missions jésuites et bénédictines, qui donnèrent une touche européenne aux bâtiments et objets sacrés. Frans Post, peintre paysagiste, arriva au Brésil à l’occasion de l’invasion hollandaise du XVIIe siècle dans le Nordeste.

⁃  L’art baroque surgit au Brésil au cours du XVIIIe siècle. Beaucoup d’artistes, parmi eux le célèbre sculpteur et architecte Antônio Francisco Lisboa (1738-1814) profitèrent de la ruée vers l’or.

⁃  Avant l’ère avant-guardiste et constructiviste, l’art européen a été la première influence des artistes brésiliens. Le Brésil a également connu des mouvements comme le néoclassicisme, le romantisme et l’impressionnisme.  Cândido Portinari (1903-1962) fut l’un des grands néoréalistes du Xxe siècle.

  • Sculpture

Antônio Francisco Lisboa , ou “Aleijadinho” est sans doute le sculpteur le plus connu du Brésil. Il a apporté un style baroque, et plus précisément rococo à de nombreuses églises brésiliennes. Son chef d’oeuvre est incontestablement les Douze Prophètes du sanctuaire de Bom Jesus de Matosinhos à Congonhas.

  • Architecture

Les années 30 voient l’émergence d’une nouvelle génération d’architectes brésiliens dont le leader est Oscar Niemeyer, qui nous a quitté le 6 décembre dernier. Influencé par le Corbusier, il est à l’origine du modernisme à la brésilienne en devant la figure principale de l’architecture du Xxe siècle. Son idéalisme est devenu un mythe.

Un deuxième architecte brésilien dont il faut retenir le nom est Paulo Mendes da Rocha (né en 1929). En 2006, il est le deuxième brésilien après Niemeyer à recevoir le prix Pritzker (le “Nobel de l’architecture”).

Musées, sites et monuments

Les périodes d’ouverture des petits musées sont variables en fonction du temps ou du bon-vouloir du gardien. Les musées et les églises sont généralement fermés pendant le Carnaval, Noël et le Jour de l’an. Des réductions, voire la gratuité, sont attribuées avec la carte internationale d’étudiant. A noter: il faut se couvrir les jambes et les épaules pour la visite des édifices religieux.

Cuisine brésilienne

Pour les amateurs de cuisine riche et variée, le Brésil est la destination à ne pas manquer! En effet, celles-ci est aussi diverse que sa population. Rendez-vous à São Paulo pour y déguster des camarãoes a paulista, qui sont des crevettes marinées, ou encore à Rio pour son incontournable feijoada, un ragoût de porc et haricots. C’est le symbole, tout comme  le barbecue, de l’abondance de la cuisine brésilienne. Les amateurs de viande se retrouveront dans les churrascarias de Porto Alegre pour assouvir leur faim de grillades. Rien ne vaut une infusion « erva mate » pour digérer tout ça! La cuisine typique du Minas Gerais propose des cochons de lait à la pururuca, du poulet campagnard, des sucreries variées, préparées dans d’énormes fours à bois… Si vous avez envie de légumes pour accompagner vos plats de viande, laissez-vous donc tenter par du tutu á mineiro, cette purée de haricots noirs et de manioc. Le Brésil n’est pas uniquement le pays des carnivores ! Dans le Centre-Ouest, à Bonito par exemple, on apprécie les produits de la mer : l’excellent goût des poissons comme le dourado, le pacu ou le pintado séduit les palais! A Salvador, la moqueca, ragoût de poissons et de fruit de mer, justifie amplement la venue dans cette véritable capitale gastronomique.

_DSC00880001

121011250_61881_187017

129173812_169211_115490

129174930_257075_175008

detalhe_mesa_final

 Moqueca

Faune et flore

Les écosystèmes du Brésil sont variés et d’une incroyable richesse. Forêts, rivières, cascades et leur population offrent des panoramas et un sentiment de communion que l’on ne retrouve nulle part ailleurs.

Les amoureux de la nature ne peuvent manquer l’Amazonie pour ses dauphins d’eau douce et ses toucans, le Pantanal pour ses loutres de rivière, ses caïmans, ses singes, ses jaguars, ses anacondas, ses capybaras et ses inombrables espèces d’oiseaux. Les passionnés de la vie marine pourront trouver leur bonheur à Fernando de Noronha.

Les merveilles de la nature brésilienne se retrouvent aussi dans les parcs et réserves nationales tels que le Parque Nacional da Tijuca où vivent plusieurs de nos ancêtres les singes. Le récif du Parque Nacional Marinho de Abrolhos permet quand à lui de se dédier à l’observation des baleines.

129155241_67965_213645

1210101626_140030_140362

1210104549_198031_259238

1210104644_159579_163169